La Méthode BISOU: pour faire ses achats en conscience

 

La fameuse Méthode BISOU, que les journalistes et les copains blogueurs kiffent tellement !!!
Qui eut cru qu’un beau jour de printemps 2016, en pleine rédaction de notre livre « J’arrête de surconsommer, 21 jours pour sauver la planète et mon porte-monnaie », saisie par l’angoisse de la page blanche, je recevrais ce message de l’au-delà me disant : « Tu écriras la Méthode BISOU, et ton rôle sur Terre dorénavant sera de la faire voyager ! »

Quoi, vous me croyez pas ? 
Et bien vous devriez, car à 2 ou 3 détails dramaturgiques près, c’est exactement ce qui s’est passé !

J’étais devant mon ordi en train de m’arracher les cheveux sur ce fucking 7ème chapitre de la 1ère partie qu’il fallait combler, on avait défini 5 profils de surconsommateurs, je cherchais un moyen de lier tout ça, et tout à coup : 1ère illumination : Faut que je trouve un mot de 5 lettres, une lettre par profil !!! Et tout à coup re-bim : La Méthode BISOU !

Ni une ni 2 j’envoie un message à Herveline pour lui proposer mon idée pourrie : elle accepte.
Mais le pire, parce que bon, qu’Herveline accepte mes conneries c’est habituel, c’est que l’éditeur a accepté aussi !
Et le pire du pire du pire, c’est que les journalistes n’ont cessé de faire un focus dessus et d’en parler tout le temps !

C’est chouette. C’est drôle, improbable et chouette.

Brrrrrrrrref, cette longue et inutile introduction pour vous expliquer comment cette méthode qui va révolutionner le monde est arrivée à moi par un rayon de lumière enchantée (ah non, j’ai dit que j’arrêtais), donc maintenant, on va passer à l’explication et à la pratique !

Dans notre livre « J’arrête de surconsommer », Herveline et moi avons défini 5 profils de consommateurs

Vous êtes sûrement plutôt l’un ou plutôt l’autre, ou un peu de plusieurs.
Du coup, ce qui est bien avec la méthode BISOU, c’est qu’elle va pouvoir vous aider quelque soit votre profil.

Kesseussé cette méthode ?

Il s’agit d’un moyen mnémotechnique très simple et un peu inoubliable pour vous rappeler des questions que vous devez vous poser avant de faire un achat.
Bon, pas devant chaque article en faisant les courses, sinon ça risque d’être un peu long (quoique, avec la pratique, ça s’applique aussi bien à l’alimentation).

Avant chaque achat, posez-vous les questions suivantes :

B comme Besoin

A quel besoin cet achat répond-il chez moi ?

Attention, warning warning, gyrophare, sirène lumineuse : dans beaucoup d’articles de journaux ou de blogs sur la méthode Bisou, le B de besoin est mal employé !
Il ne s’agit pas de « Est-ce que j’en ai besoin ? », sinon ça serait la même chose que Utile à la fin, vous verrez.
Il s’agit de « Quel est MON besoin caché derrière l’achat de cet objet ? »

Avec ce B, on attaque direct un gros morceau du problème : l’aspect psychologique.
On sait très bien que cet aspect est déterminant, et t’inquiète, les marketeurs le savent aussi.
Là, on parle de besoins tels que : j’ai besoin de réconfort, avec ce produit je me sentirais plus belle (besoin d’augmenter mon estime de moi), j’ai besoin de montrer ça de moi à telle ou telle personne, j’ai besoin de changement, etc, etc…
Evidemment vous vous en doutez, tout l’enjeu après avoir repéré ce besoin va être de le prendre en compte bien sûr (on n’est pas venu ici pour souffrir OK ?), mais SANS passer par un acte d’achat.
La probabilité qu’un achat, qu’un objet, comble un besoin psychologique est proche du néant.

I comme Immédiat

Comme on l’explique de manière détaillée dans le bouquin, l’immédiateté est la meilleure copine de l’achat compulsif.
Là encore, des personnes en costumes très bien payées l’ont tout à fait compris et ils en usent et en abusent pour vous faire acheter VITE.
Aaaaah, cette promo valable aujourd’hui seulement !
Sauf que maintenant que vous le savez, vous êtes autorisés à leur dire « Parle à ma main » dans votre tête.
Un délai d’une semaine à 15 jours devrait vous permettre dans la majorité des cas de ne pas passer à l’acte d’achat.

S comme Semblable

Est-ce que j’ai quelque chose de semblable qui pourrait faire l’affaire ?
Est-ce que je pourrais l’emprunter, le louer ?
L’approche minimaliste nous apprend à préférer des objets polyvalents.

O comme Origine

En quelle matière ce produit est-il fabriqué ?
Quelles ressources a-t-il nécessité ?
Est-il local ou a-t-il traversé le globe pour venir jusqu’à moi ?
Qui l’a fabriqué ? Dans quelles conditions de travail ?
Est-ce que je valide tout ça, et donne mon approbation en donnant mon argent ?

U comme Utile

Cet objet va-t-il vraiment impacter positivement mon quotidien ?
Comment je me débrouille jusqu’à maintenant pour m’en passer ?


Autrement, vous avez aussi la Méthode BISOU accélérée : vous vous jetez sur la 1ère personne que vous voyez pour lui faire un bisou !
B : votre besoin d’amour et de tendresse sera comblé
I : votre achat sera différé
S : vous n’y penserez même plus
0 : bio, zéro déchet, local, éthique, embrasser quelqu’un n’a que des avantages
U : utile ? Eviiiiiiidemment… Eviiiiiiiidemmeeeeeeeeeent !

(Je RIGOOOOOOOOOOLE. Quoique.)

Alors, est-ce que vous utilisez la Méthode BISOU ?
Qu’est-ce que ça vous inspire ?
Est-ce que ça vous permet de faire des achats plus conscients ?
Hâte de vous lire !


Certains liens de cet article peuvent être affiliés. Cela soutient mon travail de blogueuse.
Pour en savoir plus, rendez-vous ici : AFFILIATIONS

N'hésitez pas à partager cet article!

4 réflexions sur “La Méthode BISOU: pour faire ses achats en conscience

  1. Valou dit :

    Bonjour Marie
    Je n’arrive pas encore à appliquer la méthode bisou t’elle que mais en fait je fuie ( heu je ne sais plus pour l’orthographe bon s’en fout ) les magasins comme ça c’est réglé !!!
    Allez au plaisir de te lire tout bientôt
    bisouSSSS

  2. Nina dit :

    Je suis rentrée dans un magasin ce matin, pour acheter des aiguilles circulaires 4.5 cm… Arrivé devant sueur froide… « Aie,aie, période de solde= plein de jolis pelotes, plein de super promo…. Ça donne envie !  »
    Je fait le tour, prend mes aiguilles, m’attarde 5 minutes sur le stand « promo » quand même… J’ai hésité… Et puis, je me suis posé la fameuse question « en à tu vraiment besoin »?
    Non, bien sûr … Tu en as déjà acheté la semaine dernière pour me faire un joli haut au crochet !
    Bon ben on verra plus tard…
    Je suis passé en caisse avec uniquement ce que je voulais acheter !!
    (Car oui, j’avais BESOIN d’aiguille circulaire et personne n’aime ça autour de moi pour me dépanner​! 🙂 )
    Bref, très fière, pour la première fois de ma vie de pas avoir craqué en me disant « aller, fait toi donc ce petit plaisir ! »
    Merci Marie ! 😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.