Parler d’argent aux enfants?

 

J’avais envie de faire un petit topo sur les enfants et l’argent car je vois des pratiques extrêmement différentes autour de moi et j’avais envie de partager mon expérience et surtout ma pratique. 

Je ne dis pas que c’est la façon de faire idéale, qu’il faut absolument faire comme moi, j’ai juste envie de partager avec vous comment je vois les choses et comment je procède.

Nos enfants sont la relève, chacun évidemment a envie de transmettre à ses enfants une éducation en lien avec ses valeurs personnelles.

Mais souvent, on éloigne les enfants de tout ce qui touche à l’argent

Pourquoi?

Je vous ai fait un petit pêle-mêle de différents positionnements que j’ai déjà lus ou entendus, et ce que j’en pense:

  • Mon enfant est trop jeune pour être associé à une conversation sur le budget familial

Je suis persuadée que non!
Premièrement, si l’enfant pose des questions, c’est qu’il est capable d’entendre la réponse (avec des mots adaptés à son âge, bien sûr)!
Donc s’il vous interroge sur vos dépenses, vous pouvez lui répondre!

Même s’il ne pose pas de question, vous pouvez le sensibiliser dès le plus jeune âge.
Chez nous, dès 4 ou 5 ans, on a par exemple associé les bons comportements écologiques (éteindre la lumière quand on quitte une pièce, ne pas laisser couler l’eau, etc…) au fait que cela coûte également de l’argent.
Que l’argent, ça se GAGNE, mais que ça se DÉPENSE également, et pas seulement pour se faire plaisir (loin de là^^)

Très tôt, nous avons fait comprendre à notre fils que les charges fixent passent en premier (prêt de la maison, électricité, eau, etc…) et que les loisirs et plaisirs passent en second.

La notion de choix peut également s’établir très tôt.
« Si tu laisses toujours la lumière allumée quand tu t’en vas, on va payer très cher la facture , c’est quand-même mieux de dépenser les sous pour aller au restaurant »
« Pendant ces vacances, est-ce que tu préfères aller au cinéma ou à la patinoire? »

Ce sont des bases qui sont très rudimentaires quand l’enfant est jeune, mais qui lui ancrent dans le crâne que:
1/ Un budget, ça se gère
2/ On est obligé de faire des choix
3/ Le plus important c’est la maison et la nourriture, pour le reste, on avise!

Il peut être intéressant, à partir d’un certain âge, de leur expliquer le fonctionnement d’un compte bancaire.
Jusqu’à ses 7 ans, mon fils croyait que quand je « tirais des sous », je gagnais à tous les coups!!!
Il n’avait pas compris que je sortais l’argent de mon compte, lui-même alimenté par mon salaire! Salaire lui-même non extensible à l’infini!

Il n’y a rien d’anxiogène dans tout ça, ça fait partie de la vie quotidienne, comme cuisiner et faire le ménage.

 

  • Les enfants ne doivent pas connaître nos difficultés financières. Il faut leur laisser leur insouciance d’enfants.

Oui mais non!
On est davantage dans l’éducatif que dans le budgétaire pour le coup, mais je reste persuadée qu’il faut parler aux enfants. Ce sont des éponges, ils sentent quand quelque chose nous tracasse.

De plus, il faut aider les enfants à nous aider!
Quand j’ai commencé à me documenter sur l’éducation bienveillante, j’ai tout d’abord eu l’impression que c’était à sens unique: tout pour l’enfant, rien pour le parent!
Tout a changé quand j’ai compris que j’avais tout faux, c’est en fait un mode de fonctionnement qui est gagnant-gagnant.
Oui, on peut dire nos limites à nos enfants et oui, ils peuvent comprendre.
Si on n’explique pas nos limites à nos enfants, ils ne peuvent pas non plus s’adapter à nous.

Transposée à la question de l’argent avec les enfants, cette attitude est « tout bénef »!

En tant qu’assistante sociale et bénévole dans une association caritative, j’ai déjà vu des situations qui me semblaient ubuesques.
J’ai par exemple été confrontée à des mamans seules avec des enfants, bénéficiaires de minima sociaux, qui avaient un budget courses 2 fois plus élevé que le mien car elles cédaient à toutes les envies de leurs enfants, tant au niveau alimentaire qu’au niveau des jouets, babioles, etc…
J’ai aussi vu une famille surendettée, bénéficiaire d’un minimum social également, qui allait au fast-food tous les week-ends et commandait des pizzas tous les vendredis soirs pour un budget total de 200 à 300€/mois…
Lorsque nous avions questionné cela, nous avons eu comme réponse: « Les enfants sont habitués, on ne veut pas qu’ils pâtissent de nos difficultés ».

Loin de moi l’idée de juger ces familles qui font ce qu’elles pensent être le mieux pour leurs enfants.

Je pense que quand on a des difficultés financières, on peut en informer les enfants dès le plus jeune âge.
Ce n’est pas pour les angoisser outre mesure, on n’est pas obligé d’en faire des tonnes, mais on peut avec des mots simples, leur expliquer que le niveau de vie va changer ces prochains mois.
On peut leur expliquer pourquoi tout en les rassurant: « Maman s’arrête de travailler quelques mois pour passer du temps avec toi et ton petit frère donc nous aurons moins d’argent, mais on sera plus ensemble »
Les enfants peuvent comprendre!
Il ne faut pas les prendre pour des quiches!

Partons de la pratique inverse: vous voulez garder le même train de vie pour ne pas perturber vos enfants.
Dans ce cas, votre situation financière ne s’améliorera pas, ou alors dans bien plus longtemps que nécessaire.
Pendant tout ce temps, vous continuerez à être stressé et donc peu disponible pour vos enfants.
De plus, imaginons que vous en arriviez à une coupure d’électricité ou un frigo vide, quel sens des priorités voulez-vous transmettre à vos enfants?

Vous pouvez inclure les enfants dans vos efforts pour gérer le budget.
Cela renforcera en plus la cohésion familiale.
Il n’est pas question de les priver de tout. Vous pouvez leur indiquer des alternatives moins onéreuses.
Envie de sorties payantes pendant les vacances? OK pour un cinéma, mais par contre après c’est balade, pique nique, jeux de société, etc…
Vos enfants ont souvent envie de faire quelque chose AVEC VOUS, pas forcement quelque chose de payant!
Envie de vêtements, de jouets? On pense à l’occasion, et on apprend aussi qu’il n’y a aucune raison de recevoir des jouets tous les mois.

On peut expliquer à son enfant qu’on s’est trompé, qu’à un moment on a mal géré le budget en dépensant trop, que maintenant ce n’est plus possible, qu’on va prendre de bonnes habitudes, et qu’on compte sur lui pour nous aider.
Les enfants sont tellement fiers de nous aider! (Tout en restant à leur place d’enfant, évidemment)

D’une manière générale, je pense qu’il faut arrêter de préserver les enfants de tout, à tout prix.
Bien sûr, vous me comprenez, pas question de malmener les enfants ou de les exposer à tout!
Mais je pense que ce n’est pas leur rendre service, ni à eux, ni à votre relation avec eux, que de les couper de tout ce qui vous concerne.
Tout est dans la manière de PRESENTER LES CHOSES.

Faire des économies peut aussi se faire sous forme de jeu: mise en place d’une tirelire pour récupérer les petites pièces pour pouvoir se faire un petit plaisir quand elle sera remplie, garder l’eau de la douche pour tirer la chasse aux toilettes, faire des soirées « restes » où chacun picore quelque chose…

On n’est pas obligé d’être dans la déprime totale pour remonter la pente financière!

Je crois même qu’au contraire, plus on passe de bons et simples petits moments, et moins on a besoin de dépenser!

Est-ce que ça vous parle?

Comment procédez-vous avec vos enfants?

Et comment réagissent vos enfants, du coup?


Certains liens de cet article peuvent être affiliés. Cela soutient mon travail de blogueuse.
Pour en savoir plus, rendez-vous ici : AFFILIATIONS

N'hésitez pas à partager cet article!

8 réflexions sur “Parler d’argent aux enfants?

  1. agnès dit :

    J’ai 4 enfants, même éducation et pourtant comportement différent, les 3 garçons ont 24,22 et 17 ans et leur comportement est influencé par…leur amoureuse, le 1e gère super bien, s’intéresse aux comportements écologiques, prévoit pour l’achat de sa maison, le 2e 22ans travaille, sort et dépense en resto, fringues de marque comme sa copine et ses parents. On essaye de raisonner, de faire réfléchir pour l’instant on passe juste pour des rabat-joie. pas facile d’être parents…

  2. Sonia dit :

    Ici l’argent n’est pas tabou mais n’est pas anxiogène non plus, on arrive à doser et à en parler librement. Ton article me parle à fond! c’est comme ça que je fonctionne, depuis toujours, ayant des salaires très très variables d’un mois à l’autre (je suis assistante maternelle depuis 15ans) Mes filles ont 20ans, 17ans et 9ans, elles savent très bien d’où vient l’argent, comment on le gagne, ce qui est prioritaire dans les dépenses, etc… et elles vivent très bien ainsi 😉
    mes 2 grandes expliquent même à leurs copines comment établir un budget 😉

  3. Syl Vie dit :

    Maman solo depuis douze ans ( 2 enfants aujourd hui 20 et 16 ans) .ils ont toujours été au courant de mon budget et je leur ai toujours expliquer quand on pouvait se permettre des plaisirs et idem dans le sens inverse.
    Au jour d aujourd hui ils sont indépendants financièrement, ils ont conscience de ce qu est de payer ses factures (assurance moto, voiture, tel) car oui même pour celui de 16 ans qui gagne 500€ en apprentissage, je ne subviens à plus rien (sauf des petits plaisirs de temps à autre). Idem pour ma grande de 20 ans qui ne vit plus avec nous.
    Je suis fière de les avoir élevé en leur inculquant la valeur de l’argent en plus ils savent gérer leur argent.
    Licorne power

  4. barbara dit :

    bonjour, très intéressant comme article, merci beaucoup!
    chez moi, non plus l’argent n’a jamais été tabou. j’avoue que j’ai peut être parfois provoqué des inquiétudes malgré moi, mais en règle générale, les enfants sont assez conscients.
    quand ils étaient en primaire, nous avions instauré un rituel: chacun avait sa tirelire, toutes les petites pièces s’y retrouvaient au gré des cadeaux/souris, des trouvailles, des restes de monnaie. et le 1er janvier -seulement- on ouvrait lesdites tirelires et tri, calcul, projections en tout genre égayaient notre jour libre. et ils avaient le droit d’en faire ce qu’ils voulaient (souvent en achat de bonbons d’ailleurs!!). aujourd’hui ils sont ados, et comprennent la notion d’épargne, de budget. après, chacun est différent: ma grande est dépensière tout de suite, mais elle n’hésite pas à offrir des cadeaux, le petit garde le plus possible et pourra dépenser tout d’un coup pour son plaisir perso. mais vraiment, ils sont raisonnables!!!
    merci pour cet espace de parole, et pluie de paillettes

  5. Sandrine dit :

    très tôt j’ai expliqué à mes enfants, en faisant les courses: l’argent ne se dépense pas 2 fois, priorité à la nourriture., c’est pour ça que je refuse ce qu’ils demandent. la première fois que ma fille a reçu une pièce de la petite souris, elle me l’a donnée, toute fière, en me disant: « on va pouvoir acheter à manger » (alors que le frigo a toujours débordé). J’ai pas voulu gâcher sa fierté en refusant cette pièce, on est allé exprès au magasin, on a fait le tour en lui montrant ce qu’elle pouvait acheter avec ça. Elle a choisi des carottes, elle les a payées elle-même à la caisse avec sa pièce. Elle était tellement contente. Avant que la petite souris ne repasse pour une autre dent, j’ai expliqué qu’on avait certainement assez pour manger, et elle a gardé ses pièces suivantes. Aujourd’hui elle est adulte, et me rappelle régulièrement qu’elle apprécie l’éducation qu’elle a reçue.

  6. Anonyme dit :

    Bonjour ce sujet arrive à pic nous allons sans doute être en situation financière sensible (Monsieur a été licencié et il a une perte de 600e entre son ancien salaire et ses indemnités pôle emploi) en lisant cet article cela m’a rassuré même si notre enfant n’a que 3 ans hier je lui ai dis exactement la même chose (il faut éteindre la lumière ça gaspille pour la planète et c’est des sous qu’on utilise pas pour autre chose) .
    Quand j’étais petite ma maman s’est retrouvée seule avec mon frère et moi et même si elle n’a jamais parlé de ses difficultés financières je l’ai senti. J’ai refusé tout voyage scolaire persuadée que ma maman n’aurait pas pu payer. Peut être que si on en avait parlé ouvertement ça ne se serait pas passé ainsi (mais ça on ne le saura jamais ^^ je n’ai aucun regret pour ma part 🙂 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.