Pourquoi je ne pratique pas le no bra

Ça fait un moment que j’avais envie d’écrire ce post.
Il ne vous aura pas échappé que le no bra (ne pas porter de soutif ) est de plus en plus répandu.

Perso, je porte toujours des soutifs, et pourtant je sais très bien que:
1/ C’est absolument pas nécessaire, voire même contre-productif pour nos poitrines.
2/ C’est un symbole très important du féminisme car s’il y a bien un vêtement parfaitement inutile et inconfortable pour beaucoup de femmes qui est entré dans les mœurs pour contrôler le corps des femmes, c’est lui!
Alors pourquoi j’en porte?
Déjà, parce que contrairement à beaucoup de femmes, je me sens inconfortable quand je n’en porte pas. Le truc du soulagement d’enlever son soutien-gorge le soir, je ne l’ai jamais vécu. J’aime bien la sensation d’être maintenue.

Après j’ai tout à fait conscience que c’est sûrement un conditionnement après un quart de siècle à en porter!

Et aussi, parce que j’ai la flemme de me taper la charge mentale de gérer le regard des autres (et surtout des hommes) en plus. C’est bon, j’ai déjà l’impression d’être une bavette aux échalotes quand je mets une robe, je serais très mal à l’aise si en plus j’avais pas de soutif.
Je sais que c’est nul.
Je remets déjà à leur place les mecs grossiers dans mon quotidien, j’ai pas envie que chaque sortie se transforme en bataille.
Je suis pudique, et même si j’applaudis des 2 mains les nanas qui osent montrer des corps normaux, dans leur diversité, je ne suis pas assez à l’aise avec mon propre corps pour le faire moi.
Et si y a bien un truc que je n’autorise à personne, genre strictement personne, c’est de me dire ce que je dois faire avec mon corps.
Donc voilà, on peut être convaincu d’un truc et ne pas assumer de le pratiquer, mon corps, mes choix, c’est trop intime pour que qui que ce soit ait quelque chose à dire sur le sujet.
Et vous?
(Du coup je suis passée aux brassières, ici une Organic Basics en coton bio / code affilié SALADEOBC4 : -10% sur tout le site)

Je dis ça comme ça mais il faut absolument que tu lises mon e-book « Tordue et alignée ! », c’est pour ton bien!

Certains liens ou codes promo de cet article peuvent être affiliés. Passer par ces liens soutient mon travail.
Pour en savoir plus, rendez-vous ici :Codes promo et marques éthiques

N'hésitez pas à partager cet article!

2 réflexions sur “Pourquoi je ne pratique pas le no bra

  1. Mylène dit :

    Hello Marie,

    Je fais partie des nanas qui souffrent avec leur soutif.
    Du coup j’ai voulu essayer le no bra.
    Mais…. c’est pas si simple.
    Bein non. Nous avons toutes un corps différent et des cycles différents…
    C’est comme ça.
    Et moi non plus je n’ai pas envie que chaque sortie soit un combat.
    Alors je suis passée à des sortes de petites brassières super légères ( Et j’ai même conserver quelques soutifs pour les fois où ça m’arrange), elles ne soutiennent rien mais permettent de légèrement dissimuler ce téton « qu’on ne saurait voir ».

    Comme d’habitude j’ai trouvé ta réflexion intéressante.
    La seule chose qui peut m’avoir chiffonnée (oui ça se dit encore la preuve !) c’est l’impression que tu justifies ton choix.
    Comme tu le dis si bien « personne n’a rien à dire » car c’est ton corps.

    Je vois sur les réseaux que chaque équipe se tire dans les pattes pour essayer de convaincre la partie adverse.
    Pfff…
    Que c’est fatiguant toutes ces chamailleries.
    Sans blague, on peut passer à la vitesse supérieure ?

    Si tu as envie de garder ton soutif et bien garde le !
    Si ça ne te fait pas mal, que tu te sens mieux comme ça pourquoi celles qui n’en portent pas viennent-elles faire la morale aux autres ?

    Il y a une phrase dans ma famille qui dit « les avis c’est comme les trous du c…, tout le monde en a un ».
    Ce qui m’amène à te dire que je vais garder les deux pour moi…

    Au plaisir d’une prochaine lecture.

  2. Le grand K (m'isole) dit :

    Bonjour,
    Merci d’avoir partager ce ressenti. J’ai entraperçu ces idée « no bra » (pas de chocolat). Mais c’est tout bonnement pas dans ma mentalité, pour les même raisons que vous. J’ai une forte poitrine et je gigote beaucoup. J’adore être libre de mes mouvements et le soutiens gorge fort maintiens me permets de vivre sans être étouffé par mes seins, (littéralement essayez des positions renversées de yoga) ou l’impression d’être une vache laitière quand je me penche. J’envie celles qui peuvent courir sans sentir la douleur de la peau qui balotte comme des baudruches. Ou qui peuvent fièrement darder la foule de leur tétons fringants la tête haute et avec le sourire alors que si je le fait le regard masculin dégouline dessus tel des limaces (enfin depuis le temps je ne remarque même plus). J’ai la chance de vivre dans un environnement préservé où les gens sont assez éduqués pour ne pas me faire remarquer mes travers de poitrines. Complexe ? Desamour? Peut être. Tranquillité de pouvoir sauter sur des trampolines dès que l’occasion se présente ? Affirmatif. Je n’aime pas me faire « siffler » (se prendre une gifle avec un sein). Un jour peut être ils gagneront la partie et m’etoufferons au cours d’une scéance où je ferais la chandelle. En attendant je les garde a l’œil. Bref le féminisme passe t’il par le fait de porter soutif? Peut être. Brandissons déjà des torches et des fourches parce que hommes et femmes n’ont pas les mêmes droits au travail ou pire, avec la parentalité… Savoir si mes seins peuvent vivre leur vie sans moi me semble secondaire. Merci d’avoir pris attention de tout mes seins (je ris).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.