Non je n’ai pas « de la chance »!

« T’as de la chance, moi je peux pas parce que blablabla »
Voilà bien une phrase qui me fait friser les poils de SIF.
Dire à quelqu’un qu’il a de la chance, déjà c’est se comparer: on a de la chance par rapport à quelqu’un qui en a moins.
Et c’est aussi nier ce par quoi la personne est passée pour avoir cette « chance ».

Avant je confondais chance et gratitude.

Maintenant je préfère me dire que je rock, et ça ne m’empêche pas d’avoir de la gratitude pour autant
L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, gros plan et intérieur
Il paraît que j’ai de la chance d’avoir ma Grotte, mes biquettes et mes poulettes.
▶️ Je suis originaire de la région parisienne, j’ai tout quitté pour m’installer en Loire-Atlantique, en quittant famille et amis, avec un crédit étudiant sur le dos.
Il paraît que j’ai de la chance d’avoir un Beau Chéri merveilleux.
▶️ Comme il dit toujours : « On a l’équipe qu’on mérite, chaton! »
J’ai juste décidé que si un homme entrait dans ma vie, il devait être parfait pour moi, pas moins. Sinon je restais seule, pas de problème.
Il paraît que j’ai de la chance d’être mon propre patron, de vivre à mon rythme, de me lever quand je veux, faire la sieste quand je veux, travailler quand je veux et aller voir mes copines quand je veux.
▶️ J’ai tortillé des fesses pendant plus de deux ans avant de monter ma boîte. J’avais plein de peurs: ne pas avoir un revenu régulier, ne pas gagner assez, que mes revenus dépendent de moi et de mon énergie fluctuante.
Vous voyez le mécanisme ?
Est-ce que vous pensez pas qu’on peut voir la chance différemment ?
Dites moi en quoi vous avez de la chance et ce que vous avez fait pour avoir cette chance

Je sens que les réponses vont me plaire


Je dis ça comme ça mais il faut absolument que tu lises mon e-book « Tordue et alignée ! », c’est pour ton bien!

Certains liens ou codes promo de cet article peuvent être affiliés. Passer par ces liens soutient mon travail.
Pour en savoir plus, rendez-vous ici :Codes promo et marques éthiques

N'hésitez pas à partager cet article!

3 réflexions sur “Non je n’ai pas « de la chance »!

  1. Résé dit :

    Bonjour Marie
    Combien de fois ai-jeentendu cette phrase !
    tu as de la chance, toi, tu sais cuisiner ( ben oui … je mange plusieurs fois par jour eet comem cuisiner à partir du brut ne coûte presque rien, je préfère garder mon argent pour autre chose..)
    tu as de la chance, toi, tes enfants sont grands (ben oui !je les ai eu très jeune parce que jele voulais, queje savais qu’à 40 ans je ferais des choses, donc oui ! maintenant ils sont adultes et je suis grand-mère à 62 ans )
    tu as de la chance tu habites au bord de lamer ( euh … je n’habite pas AU BORD de la mer,je suis à l’océan ( super/méga nuance) parce que d’1 je n’ai pas les moyens financiers de m’acheter une maison BORD de mer, ou alors un appart’ mais je préfère ma maison avec mes 3 000m² de autour ; et que oui! fuat désherber/tailler/couper et que oui! c’est fatigant , mais pas pour moi= satisfaction et bonheur simple )
    tu as de la chance tu as toujours trouvé du travail ( ben oui ! je n’ai pas de folles prétentions, je m’adapte facilement, je me bouge les fesses un peu ( beaucoup), j’aime bien ne pas rentrer dans la routine )
    t’as de la chance, tu vas être à la retraite ( crois-moi ma chérie, si on me la donne c’est que je l’ai méritée, j’ai bossé comme tout le monde et crois-moi, là aussi, je vais la savourer +++, le confinement m’a donné un aperçu et j’ai aimé +++ )
    tu as de la chance, toi, tu ne t’ennuies jamais, tu sais faire plein de choses, etc etc etc
    ta gueule, tu me fatigues 😀 😀
    Je ne pars pas en voyage ( j’ai des animaux, un jardin à m’occuper, je fais mes conserves, mon pain et avec la nouvelle maison ( ah oui? tu déménages ENCORE? ) j’espère bien arriver à un maximum d’autonomie♥♥
    des gros bisous ( hâte de lire les chanceuses !!!!!!

  2. Myriam THIREAU dit :

    Comme je me retrouve dans vos commentaires ! et oui, j’ai de la chance parce que c’est une chance de naître dans un pays libre, de pouvoir s’exprimer et d’être en bonne santé. Pour le reste, rien de m’est tombé tout cuit dans la bouche : ma liberté je l’ai gagnée en faisant des boulots souvent mal payés mais je serrais les dents parce qu’il fallait manger et qu’en ce temps là (j’ai 61 ans) le RSA n’existait pas, j’ai eu trois enfants (dont un handicapé et malade) mais j’ai tenu bon car ma liberté financière n’avait pas de prix, aujourd’hui j’ai une belle famille avec bientôt 4 petits enfants. Nous formons une smala parfois bruyante mais solidaire et qui se tient les coudes quand l’un d’entre nous a des problèmes. J’ai connu les fins de mois où il fallait racler les fonds de tiroirs pour manger, du coup le batch cooking à la mode aujourd’hui, je le pratique depuis 30 ans avec des produits simples et j’ai pris énormément de plaisir à cuisiner. Les vacances c’était le camping parfois sauvage dans eau courante et sans toilettes, mais quels souvenirs formidables quand on en reparle aujourd’hui. J’ai repris des études toute seule dans ma chambre à 40 ans et j’ai réussi un concours qui m’a propulsé dans ma carrière. Je serai à la retraite l’été prochain et j’ai plein de projets solidaires en préparation. Ma petite conclusion, c’est qu’il faut aimer sa vie et le baluchon qui nous est attribué avec mais qu’il faut se secouer et arrêter de gémir, la vie est belle et trop courte pour attendre que tout tombe du ciel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.