Et si parler de consommation n’était qu’un prétexte?

Il est 7h14, je suis dans mon canapé, et je viens d’avoir une fulgurance.
Je viens de poster une photo sur Facebook et Instagram, on y voit mon « bureau », c’est-à-dire mon canapé, pas encore envahi par les divers carnets, stylos, bullet journal et compagnie, et j’y explique que de 7h à 9h, c’est mon meilleur moment de la journée pour travailler, quand tout est calme et que les vrais gens n’ont pas encore attaqué leur journée.
Eh bien, la preuve par l’exemple, à 7h14 me vient l’idée de cet article qui va venir modifier la planification des articles de la semaine prochaine mais tant pis :
Et si parler de consommation n’était qu’un prétexte ?

J’ai été complètement perdue ces derniers mois.
J’ai essayé de trouver du sens, je me suis refait le film de ma vie, plusieurs fois, en long en large et en travers.
J’ai compris qu’il y avait un fil rouge à mes différentes activités professionnelles et à mes épreuves personnelles.
J’ai compris pourquoi je ne me lassais pas de la Licornie après avoir fait le tour des 2 milliards de trucs et astuces pour mieux consommer.
C’est justement parce que parler de consommation n’est qu’un prétexte.

Qu’est-ce qu’il y a derrière cette envie de mieux consommer ?
Bien sûr, il y a l’envie de préserver l’environnement et de faire des économies. Mais pourquoi ?

Eh bien tout simplement il y a le fait de se rapprocher de ses valeurs et de les incarner.
C’est précisément ça qui rend heureux quand on s’engage sur ce chemin.
C’est ça qui nous fait sourire de nos foirades et c’est ça qui fait que le chemin n’est jamais terminé.

Je n’ai pas envie de dire au gens ce qu’ils doivent faire, de leur faire une liste de DIY et de produits à acheter. De plaquer sur eux un guide de bonnes pratiques.
Ce qui me porte vraiment, c’est que les gens trouvent LEUR manière de consommer qui les rendront heureux EUX.

Réfléchir à sa manière de consommer, c’est s’interroger sur du soi-disant acquis.
Sur des bases de la société qu’on ne questionne pas, sur le monde dans lequel on vit et sur celui qu’on veut.
C’est s’interroger sur SOI-MEME, apprendre à se connaître, comprendre ses failles et ses mécanismes.
C’est décider de reprendre son pouvoir, sa liberté de penser.
C’est se positionner, dire non : je ne cautionne pas ça, ce n’est pas aligné avec moi.
Dire oui : je trouve que ce que tu me proposes résonne avec mes valeurs, je prends.
Et surtout, c’est incarner, agir.
Car combien on est à rêver notre vie, à faire des tonnes de compromis et à se refouler.
Finalement, notre consommation, ce sont des actes que l’on pose vraiment, c’est concret.
C’est reprendre les rênes de sa vie en commençant par un biais. C’est se positionner, envoyer un message au monde.

Quand tu vas chercher ton panier à l’AMAP toutes les semaines, ce n’est pas juste: tu fais tes courses pour manger. Non, c’est bien plus que ça: tu affirmes et tu incarnes que tu ne cautionnes pas le fonctionnement des supermarchés, le gaspillage alimentaire, la surproductivité, les marges trop basses laissées aux producteurs, les pesticides et la domination de l’argent sur les êtres humains. Tu matérialises ta volonté d’un monde plus juste et plus empathique.

Des fois je me dis que j’aurais pu m’engager dans n’importe quel combat car ce qui m’anime au-delà de tout, c’est faire prendre conscience aux gens qui me lisent de leur marge de manœuvre énorme pour transformer le monde et avoir un impact, et c’est le fait de se défaire de couches de fausses croyances et retrouver son libre arbitre.

Il a fallu que ça soit par le biais de la consommation, et c’est très bien. C’est un super support.

Voilà donc ce qui me traverse l’esprit à 7h37 du matin maintenant^^

Quand j’ai lancé le blog il y a 3 semaines, je me suis fait une blague à moi-même (tu te fais jamais des blagues dans ta tête toi ?) : je me suis demandé combien de temps il me faudrait pour ouvrir une nouvelle rubrique « Autre » !
Eh oui, je me connais un peu maintenant et je pressentais bien que tout ce que j’avais à dire n’entrerait pas dans les rubriques existantes !
J’inaugure donc aujourd’hui la rubrique « Vie de licorne » qui sera donc dédiée à… euh… eh bien tout ce qui ne rentre pas dans les autres rubriques, comme ce genre de réflexions fulgurantes du matin quand il fait encore nuit !


Qu’est ce que tu penses de tout ça ?
Est-ce que tu t’es déjà demandé si finalement changer de consommation n’était pas qu’un prétexte pour changer tout court ?
Est-ce que depuis que tu as changé de consommation, d’autres choses ont changé dans ta vie ?
J’ai hâte de te lire !


Certains liens de cet article peuvent être affiliés. Cela soutient mon travail de blogueuse.
Pour en savoir plus, rendez-vous ici : AFFILIATIONS

N'hésitez pas à partager cet article!
error

26 réflexions sur “Et si parler de consommation n’était qu’un prétexte?

  1. Syl Vie dit :

    J’ai commencé le ZD, à une période de ma vie ou je n’allais pad bien du tout. J’ai découvert dans la foulée la Licornie, le minimalisme.
    Tout ce cheminement m’a permis de faire plus facilement abstraction des emmerdes qui se profitaient à l’horizon.
    Sans cette « bulle » à laquelle m’accrocher je pense que j’aurai sombrer dans une grosse déprime.
    Ça m’a hissé vers le haut !
    Green Bugs 💚

  2. Cécile Fagot dit :

    Je me retrouve tout à fait dans ce questionnement. Faire mes courses au marché c’est soutenir les producteurs du coin, c’est aussi recréer un lien social. Récemment je me suis remise à la couture, dans l’optique de raccommoder et upcycler les vêtements, créer qque chose de’mes mains. Non pas pour me dire je n’achete plus je fais, mais donner une autre vie à un vêtement au lieu de le jetée. C’est comme me lancer dans le défis rien de neuf, ce n’est pas un problème de moyen, mais donner une autre vie aux objets. Il y a QQ chose de noble dans ce geste pour moi..D’un autre côté ça me permet quand j’ai vraiment besoin d’investir dans une marque éthique et la soutenir.
    Entrer en licornie , en résumé à donné plus de sens à ma vie.

  3. Elaine Ddlt dit :

    Mon premier pas en Licornie s’est fait lorsque, percluse de douleurs digestives et gynéco, je n’avais réponse satisfaisante nulle part ( diagnostic flou et traitement inadéquat ). J’ai donc décider de prendre les choses en main et me soigner en mangeant mieux et différemment… ça m’a mené à m’interroger sur les perturbateurs endocriniens, les compositions des aliments,produits ménagers et cosmétiques et ce fut la bascule. J’étais delà VG depuis un peu moins d’un an. Pour moi, tout cela était d’une logique implacable… un puzzle qui prend forme… prendre soin des animaux en ne les dévorant plus, prendre soin de moi en mangeant mieux et avec un mode de vie plus sain, prendre soin de la planète en réfléchissant à moins consommer de tout… et c’est tombé à la période où j’ai été dépistée HP. J’en apprenais un peu plus sur moi et découvrais pourquoi je me sentais si différente et je me prenais constamment la tête sur le moindre détail. C’était y a presque 2 ans. Et ça m’a permis d’encore plus m’enfoncer dans la jungle licornienne parce que je m’assumais progressivement un peu plus. C’est aussi la période où j’ai commencé la pole dance : assumage de mes envies, de mon corps, de ses défauts et prise de confiance dans ses capacités… Je t’épargne le chapitre spiritualité qui n’est pourtant pas étranger à tout ça 😜
    C’est vraiment un tout! Aujourd’hui, après 4 mois d’arrêt pour burn out, je refuse de reprendre une fois de plus où j’ai arrêté arrêté plusieurs moments. Ma reconversion sera licornesque ou ne sera pas 😁
    Merci Marie pour toute cette inspiration quotidienne!

    • Elaine dit :

      En me relisant, je me rends compte que j’avais un petit pied dedans quand même avant parce qu’on allait déjà dans un magasin de producteurs locaux et bio depuis plusieurs années, que je faisais de la lessive au savon de Marseille depuis encore plus longtemps 😁😁

      • Elaine dit :

        Oh yeah!
        Et qu’il y a tjs plus à faire… le truc étant d’accepter qu’on peut ne faire les choses qu’une par une et que c’est pas grave si tout n’est pas fait d’un coup 😜

  4. Valentine dit :

    C’est marrant, on ne se connait mais quand je te lis, j’ai l’impression de papoter avec une copine et j’adoooore ça…
    Pour ma part, le début de ma transformation en licorne (la corne pousse tout doucement pour l’instant_step by step) a démarré il y a un an suite à un Burn Out… Pendant mon arrêt j’ai réalisé que j’étais dans ma vie en mode « pilote automatique », tu fonces et tu ne te questionnes plus…
    Je ne prenais même plus le temps de savoir pourquoi je faisais les choses et surtout si ça correspondait à ma nature… Mais d’ailleurs c’est quoi ma nature??? J’étais dans le flou…
    Alors j’ai pris les choses en main, reconversion pro pour devenir instit et aider les enfants (être réellement utile), plus de DIY, plus d’activités manuelles, plus de nature, de ballades, plus de lecture, plus de cuisine sympa, du jardinage, une yaourtière d’occaz, du vrac, une lessive maison, une cup, du verre pour remplacer le plastique…
    Du compliqué non réfléchi, je suis passée au plus simple réfléchi, et je me sens tellement mieux!!!!
    Alors je me retrouve tellement dans ce que tu dis…
    Merci Licorne Marie

  5. Djahann dit :

    Mais c’est exactement ça. ça nous convient surtout parce que c’est en adéquation avec nos valeurs.
    Mais quand on est bridés et qu’on est en désaccord,c’est vraiment difficile ! Par exemple, moi, je n’arrive plus à travailler à l’encontre de mes valeurs. Mais je ne trouve pas d’emploi qui pourraient y correspondre. C’est donc un grand désordre dans ma tête et dans mon coeur.

  6. Jagounette dit :

    Bonjour, je lis ton blog depuis quelques jours et je me retrouve dans tes propos. Je suis en arrêt pour un bras cassé dans une chute bête.
    Du coup, J ai ouvert un blog qui me mènera où il voudra…
    Moi aussi, l engagement est mon moteur, mais je me rends compte combien ma vie est un stress permanent. Alors je profite de ce temps suspendu pour réfléchir !
    Merci à toi.
    Bises.
    Jagounette

  7. Souad dit :

    J’etais très loin de ces considérations, donc consommation à gogo, tout le temps à découverts, gaspillage,…,un jour, il y a trois ans, je tombe par hasard sur le groupe fb des licornes. Je pousse la porte par simple curiosité. J’ai lu les témoignages et expériences, et j’ai commencé à me poser des questions sur ma pratique. J’ai aussi commencé à lire des livre sur le sujet, le zéro déchet, la surconsommation,…J’ai meme lu Marie Kondo ( j’ai détesté l’emmission).
    Et bien depuis trois ans, j’ai changé grâce aux licornes : j’applique la méthode bisou pour mes achats, même si des fois je craque ( on reste humain hein ?), j’achete mes légumes au marché chez un petit producteur, je fais beaucoup de choses maison. Mon compte n’est plus à découvert depuis deux ans.
    Maintenant je souhaite passer à l’etape suivante : faire mes courses avec mes propres contenant pour réduire ma poubelle.
    Mais depuis trois ans, pas mal de chose ont changé, car j’ai enclenché un processus de remise en question sur tous les sujets de ma vie ( t’inquiete, j’ai gardé mon mari et mes enfants, et même le chien 😂). Mon mari a été très surpris de mon changement, agréablement surpris, car ce que j’appellerai mon côté «  Je fais n’importe quoi et alors », était un de nos sujets de disputes.
    J’ai lu des livres sur le développement personnel, je ne savais même pas que ça existait, alors que je suis une grande lectrice, j’ai appliqué la méthode fly ladie (et mon chez moi et tout le temps nickel, moi la grande bordélique), je me suis mise à la méditation,….
    Bref, pour résumer, réfléchir sur la consommation et dédier d’agir, c’est vouloir améliorer sa vie et celle des gens qu’on aime, et donc forcément cela va dépasser le cadre de la consommation et va nous mener à remettre en cause d’autres habitudes, d’autres facettes de notre vie.
    Et pour moi cela n’a été que positif. J’ai encore beaucoup de progrès à faire, comme par exemple,me arriver à me lever à 5h30 😂😂, j’y arrive toujours pas.
    Merci à toi Marie et aux admins et modos du groupe. Avant j’étais heureuse, mais sans vraiement savoir pourquoi, maintenant j’ai pris conscience et j’en suis heureuse.

  8. Geblem dit :

    En te lisant, je me suis dit, mais, tout est dit.
    Je regrette de ne pas vous avoir connu plus tôt, toi et Herveline. Je vous trouve tellement formidables. Telles, deux moteurs en marche, au fort caractère et qui arrivent à faire bouger les barrières. Merci d être ce que vous êtes. 🦄

  9. Eve dit :

    J’ai commencé à m’intéresser à mon mode de consommation en 2014 et à l’écologie en 2015, comme beaucoup, après la diffusion du film demain. Minimalisme et écologie sont aujourd’hui les fondements de mon existence. Depuis, ma vie a radicalement changé sous tous ses aspects (perso, pro, financier, géographique…), Je suis passée par une série de mini-ouragans (et ce n’est pas terminé) mais je n’ai jamais été aussi alignée qu’aujourd’hui, alors que pour d’autres, il pourrait sembler que je sois en train de repartir de 0. Cet article me parle car effectivement parler de consommation est un prétexte à un partage et à un retour à nos valeurs profondes et à ce qui fait de nous des êtres humains, faisant partie d’un tout qui nous dépasse. Je partage cette expérience. Merci donc de mettre des mots dessus !

  10. Alix dit :

    Alors, là tout de suite, je trouve que tout « résonne » pour moi !Même que, ce matin , [attention passage Bisounours/je vois le verre toujours plein, positive attitude toussaaa] je suis revenue sur mon lieu de travail habituel après une réunion (sur un autre lieu) qui parlait du tri des déchets (à une échelle un » peu » conséquente d’une Université assez hm hm importante (70 000 étudiants à la louche) parce que je me suis engagée en tant que référente « développement durable » depuis quelques années BREF… et sur le trajet (en transport en communs ^^) j’écoutais « Man in the mirror » de Mickaël (oué j’assume…) et les paroles ont « résonné » MAIS GRAVE :
    I’m starting with the man in the mirror /Je commence avec l’homme dans le miroir
    I’m asking him to change his ways/Je lui demande de changer ses habitudes
    And no message could have been any clearer :/Et aucuns messages n’aurait pu être plus clair :
    If you wanna make the world a better place/Si tu veux faire du monde un endroit meilleur
    Take a look at yourself and then make a change !/Jette un oeil sur toi même et change !

    C’est dingue comme des fois tout te dit la même chose!!! (un article de blog, une chanson…)
    Bisou pailleté…

  11. monica dit :

    Mais c’est bien sur!!
    C’est exactement la raison pour laquelle je préfère parler zéro déchet avec des gens qui n’y sont pas du tout sensibles plutôt qu’avec des « déjà convertis ».
    Cela a plus de sens pour moi (et je dois avouer que cela me divertit bien plus aussi) d’essayer d’expliquer aux débutants ou aux réfractaires en quoi le zéro déchet est bien plus que juste le fait de ne pas générer de déchets!
    bravo à toi et à ton 7h34 pour cette brillante réflexion 🙂

  12. Valou dit :

    Je pense être née licorne mais je ne le savais pas il a fallu qu’une amie m’invite sur le site gbem pour éclore
    Je faisais déjà pas mal de trucs zd mais n’en avait pas conscience pour moi c’était logique (lingettes démaquillantes, couches lavables, cup par ex)
    Et alors la rencontre avec le monde des licornes m’a propulsé dans une autre dimension 😍😍😍😍 comme dirait ma copine j’ai mis un sabot dedans et en avant au galop !!!
    Je ne suis qu’au début de mon cheminement mais pense qu’il est loin d’être fini d’ailleurs je peux dire que certains aspects m’inquiètent un peu car ils pourraient me mener vers des chemins que je n’ai pas envie de prendre pour l’instant mais qui pourrait devenir inévitable (professionnel, familial…. 😱🤔🙄😊)
    En tous cas merci ❤️❤️❤️❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.