Cuir recyclé et véganisme

Je me suis retrouvée dans une situation qui m’a fait bugger il y a quelques semaines.

Pour vous exposer un peu le contexte :
Je ne suis pas végane puisque je consomme du fromage et des oeufs de temps en temps.
Par contre, j’essaie d’avoir un mode de vie qui tend le plus possible vers le véganisme : je ne porte pas de cuir, laine, soie, je refuse les spectacles avec des animaux, mes cosmétiques sont tous vegan, etc…
Lorsque j’ai voulu faire un concours avec Dream Act et qu’ils m’ont proposé de mettre en jeu les boucles d’oreilles de chez « Ni une ni Deux » en cuir upcyclé (récupéré en ressourceries ou des déchets de tanneries), j’ai dit oui car intellectuellement ça ne me pose pas de problème : le cuir serait jeté.

Sauf que quand ils m’ont proposé de m’en envoyer une paire, j’ai préféré en choisir une à base de pierres plutôt que de cuir (les miennes sont en pierre de lune et quartz rose).


C’est bizarre hein? Même récupéré, je n’étais pas à l’aise de porter du cuir, alors que dans mon cerveau les choses étaient OK, sinon je n’aurais pas proposé ce concours.
J’achète toutes mes fringues d’occasion et c’est pareil: même d’occasion j’évite les matières animales.
Et vous, vous en êtes où par rapport à ça?


Je dis ça comme ça mais il faut absolument que tu lises mon e-book « Tordue et alignée ! », c’est pour ton bien!

Certains liens ou codes promo de cet article peuvent être affiliés. Passer par ces liens soutient mon travail de blogueuse.
Pour en savoir plus, rendez-vous ici : Codes promo et marques éthiques

N'hésitez pas à partager cet article!

Une réflexion sur “Cuir recyclé et véganisme

  1. Anonyme dit :

    Où j’en suis par rapport à ça… La société dans laquelle on vit est tellement complexe que c’est compliqué. Perso j’ai moins de mal à porter du cuir upcyclé que du plastique recyclé. Sans doute parce que j’ai vu un documentaire sur comment des métaux lourds se retrouvaient dans le plastique récupéré car le tri n’était pas bien fait. (Dingue les métaux lourds qu’il peut y avoir dans l’électronique). Pour le cuir upcyclé je ne ressens pas de « risque » pour ma santé et j’estime qu’une fois l’animal mort, la moindre des choses c’est de ne pas gâcher. Cependant dans les faits j’en achète pas. On crée plus de vêtements par an qu’on est d’êtres humains sur terre. Alors j’achète absolument rien de neuf. Les structures comme Emmaüs croulent sous les vêtements. Et si je dois choisir la matière, j’évite le synthétique. Car chaque machine rejette des microbouts des tissus dans l’eau. Et j’estime que notre environnement est déjà assez saturé en plastique. MAIS… Il faut quand même qu’il y ait des gens prêt à acheter du neuf éthique plus cher (ce que j’estime être le juste prix). Car à ce moment là les auto-entrepreneurs et micro-entreprises qui garantissent aussi un modèle social plus équitable (moins de séparation patron/employés et les inégalités qui vont avec) pourraient survivre. Être auto-entrepreneur deviendrait viable et on ne serait plus obligé de faire l’aumône aux grosses entreprises pour travailler… Bon j’ai un peu dévié du sujet je crois mais tout étant imbriqué, difficile de donner une réponse simple. Bonne journée

Répondre à Anonyme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.